Pages

mardi 14 octobre 2008

J'ai testé pour vous : La médiathèque ouverte le dimanche

Photo © 2007 AUDRR
En ce dimanche 5 octobre 2008, le temps sur Reims était sombre, froid, venteux et passablement pluvieux. Sur le parvis désormais réservé aux piétons de la cathédrale, les touristes courageux étaient en nombre non négligeable. L'entrée de la Médiathèque Jean Falala était sombre, mais les portes s'ouvraient pour laisser entrer ou sortir des gens suffisamment régulièrement pour qu'on ne doute pas plus d'un instant que la médiathèque était ouverte.

Cela doit faire deux ans maintenant que l'ex-Médiathèque Cathédrale ouvre de 15h à 18h le premier dimanche de chaque mois, mais c'est la première fois que j'avais l'occasion de venir vérifier sur place que mon intuition était bonne, c'est à dire que toutes les conditions étaient réunies pour que cette ouverture dominicale soit un succès :
  • La médiathèque est située face à la cathédrale, donc, l'un des lieux les plus régulièrement fréquentés de la ville.
  • Le dimanche choisi pour l'ouverture est le premier du mois, celui de gratuité pour l'entrée dans les musées municipaux. Or, l'entrée du Musée des Beaux-Arts, en attente de rénovation ou de transfert depuis une bonne vingtaine d'années, se situe pour l'instant toujours à moins d'une centaine de mètres de celle de la médiathèque.
  • L'après-midi du dimanche semble un moment propice pour fréquenter, en famille ou non, une médiathèque.
Sans surprise, donc, j'ai constaté que, sans qu'il y ait cohue pour autant, l'ensemble des espaces et des services de la médiathèque étaient utilisés. Du monde dans le hall pour le prêt et les inscriptions. Une dizaine de personnes, dont des touristes écoutant un commentaire au casque, pour la partie de l'exposition Très riches heures de Champagne visible sur ce site. La salle d'actualités était pleine, avec des personnes consultant des journaux, des revues et les postes informatiques occupés. Il y avait du monde dans les deux niveaux du département Jeunesse, Benjamins et Juniors. Dans les cinq départements Adultes, le schéma était le même : des places de travail et des postes informatiques occupés, et des allées et venues dans les espaces.
Un idéal de bibliothèque donc, du point de vue du public, et aussi du point de vue du bibliothécaire (surtout s'il ne travaille pas lui-même ce jour-là !). Mon seul regret est de ne pas avoir été informé que, ce jour-là exceptionnellement, la Bibliothèque Carnegie, où est visible l'autre partie de l'exposition, était ouverte.

En voyant ça, on peut que penser qu'une ouverture hebdomadaire sur ce schéma (le choix de l'horaire 15h-18h me parait très pertinent) fonctionnerait très bien.
Oui mais, le fonctionnement de l'ouverture dominicale actuelle, même s'il est régulier depuis un certain temps, se fait sur un régime d'exception par rapport au rythme de travail habituel des personnels : les agents, issus de tout le réseau de lecture publique de la ville, travaillent le dimanche sur la base du volontariat, en sus de leur horaire de travail habituel. Sauf erreur de ma part, la rémunération se fait, suivant l'indice des agents, en heures supplémentaires ou en récupération bonifiée (au double je crois). J'imagine qu'une ouverture dominicale hebdomadaire nécessiterait une autre organisation.
Comme pour toutes ces questions de politique d'ouverture, le passage de l'expérimental ou de l'exceptionnel à l'ordinaire ne peut pas se faire uniquement sur des redéploiements ou des réorganisations, et des crédits de vacation ou de monitorat ne peuvent suffire, contrairement à ce que semblent penser certaines tutelles. Modifier en profondeur et étendre les horaires des bibliothèques, transformer des expériences réussies comme celle de Reims, cela demande un minimum de moyens, mais c'est bien souvent justement ce qui manque...

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Une enquête avait été organisée auprès des lecteurs avant la mise en place de cette solution dominicale. Une majorité de lecteurs plaidait en faveur d'une ouverture élargie en semaine c'est-à-dire un effort quotidien auprès des publics et un financement bien plus conséquent.
La solution adoptée a l'avantage d'être visible largement au-delà de la bibliothèque (bon coup de pub), peu chère (vacataires employés pour compléter les volontaires du personnel). Mais ça n'augmente que de 4h par mois l'ouverture de cette bibliothèque...

Mary

PS : Personnellement, le dimanche, je lis les livres que j'emprunte la semaine...

JC Brochard a dit…

Mary,
Merci de ces précisions. Je ne connaissais pas l'existence de cette enquête.
Effectivement, comme je le disais, plus d'ouverture, que ce soit en semaine ou le dimanche, ça demande des moyens pour le faire dans des conditions correctes.

Pitseleh a dit…

Le vrai test ne consisterait pas à visiter une médiathèque ouverte le dimanche, mais plutôt à y travailler non ? ;)

JC Brochard a dit…

Pitseleh,
Tu as raison, mais ce serait un "autre" test plutôt que LE "vrai" test.
Là, je pense qu'il est clair dans mon récit que j'ai fait le test en tant que visiteur de la bibliothèque, même si je ne peux pas m'empêcher d'avoir un oeil de bibliothécaire...

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails