Pages

mercredi 19 mars 2008

C'est à quel sujet ?


Lorsque notre catalogue actuel a été mis à la disposition du public à l'automne 2006, les usagers y ont gagné beaucoup (meilleure cohérence : toutes les bibliothèques du SCD et tous les documents des bibliothèques dans un seul catalogue, fonctions de recherche beaucoup plus simples et plus efficaces,...), même si les fonctionnalités et les capacités d'administration de l'outil sur lesquelles le prestataire s'était engagé contractuellement sont loin d'être toutes au rendez-vous.
Il y a même une catégorie d'usagers qui a objectivement perdu au change lorsque ce catalogue a été mis en place : il s'agit des utilisateurs de la documentation électronique qui accédaient aux revues par l'outil Ejournals développé par Jean-Charles Houpier dès 2000 et actuellement utilisé par plusieurs bibliothèques, dont le SCD de Limoges. En effet, Ejournals proposait aux utilisateurs d'accéder aux revues par bouquet, par titre classé alphabétiquement ou par thème.
Peu de temps après que nous ayons supprimé l'accès à Ejournals, cette base n'étant plus mise et à jour et étant supplantée par le nouveau et censément "tout beau" catalogue, j'ai vécu une expérience difficile au bout du fil avec un professeur de médecine qui avait l'habitude d'utiliser Ejournals. Après lui avoir expliqué qu'il trouverait les mêmes informations dans le catalogue, je l'ai guidé au téléphone à la bonne adresse, je lui ai expliqué l'intérêt de l'usage du joker *, les titres abrégés n'étant pas gérés, et je lui ai indiqué qu'il trouverait sous l'onglet "Périodiques" les liens vers ses revues préférées.
Oui, m'a-t-il rétorqué, après avoir vu l'écran s'afficher. Mais j'avais l'habitude de consulter la liste des revues de ma spécialité, la cardiologie, puis de me balader dedans. J'aimais bien aussi regarder la liste des revues de spécialités connexes...
C'est alors que j'ai réalisé en même temps lui que la recherche de périodiques pouvait se faire par titre, par éditeur (ce qui revient à une recherche par bouquet, à condition de connaître préalablement le nom des éditeurs des bouquets de revues auxquels nous sommes abonnés), mais pas par sujet !
Gardant tout mon sang-froid, j'ai expliqué au professeur qu'il pouvait utiliser la recherche avancée, où là je savais pertinemment qu'il y avait une option de recherche par sujet et une possibilité de limite par type de document avec option "Revues". Sauf que, quand ça marchait (ces temps-ci ça ne donne plus aucune résultat), une telle recherche donnait des résultats pertinents, mais listait uniquement de revues imprimées !!!
J'ai fini par m'en sortir par un pis-aller, en conseillant au monsieur de chercher les revues électroniques par le titre ("cardiol*" par exemple), tout en sachant que pour une recherche à peu près exhaustive sur ce sujet, il lui faudrait au moins chercher aussi sur "heart*" et "coeur*" et, à peine le téléphone raccroché, je suis allé voir des collègues ayant suivi notre projet de réinformatisation pour me faire expliquer comment de telles aberrations étaient possibles.
Apparemment, l'origine de tous mes malheurs, et surtout de tous ceux des lecteurs confrontés à ce problème, serait à chercher dans des normes catalographiques et dans des instructions de catalogage dans le SUDOC, qui prévoieraient ou auraient prévu à une époque une possiblité d'indexation sujet pour les périodiques imprimés mais pas pour les périodiques électroniques !! (les spécialistes du sujet peuvent m'expliquer ça en commentaire).
Si c'est vrai, ça n'a aucun sens, puisque autant on est amené quand on catalogue un document à donner des indications sur son support, autant l'indexation porte sur le contenu intellectuel du document qui, dans ce cas précis, est strictement le même que la revue soit imprimé ou en ligne.
Je constate aujourd'hui, plus qu'en 2006, que dans le SUDOC un plus grand nombre de ressources électroniques est accessible via une recherche par sujet. Malheureusement, pour les utilisateurs du catalogue de notre SCD, la situation n'a pas encore évolué, mais ça ne saurait tarder : la mise en place d'un résolveur de liens commun aux trois universités de Nancy permettra incidemment de retrouver une navigation dans la liste de nos abonnements classée alphabétiquement ou thématiquement. Quel progrès !

2 commentaires:

AM a dit…

Pour avoir utilisé E-journals. Certes c'est un outil performant pour le lecteur mais quel travail de fourmi et quel labeur en amont car cette base ne se met pas à jour toute seule. Nous avons donc opté pour A to Z mais effectivement nous perdions l’indexation matière pour environ 50% des titres. Il était possible de les indexer à la main dans un fichier Excel importé puis réinjecté dans la base mais c’était trop lourd. Par ailleurs la direction n’a pas souhaité mettre en place le catalogage des revues électroniques dans le Sudoc. Donc je ne vous raconte pas le casse-tête chinois pour le lecteur pour repérer une revue papier et/ou électronique…

Plus globalement je m'interroge sur l'utilité d’un catalogue local. Offrir la possibilité à l’usager de consulter son compte de voir la disponibilité des documents, voir les titres en commande et ceux qui viennent d’arriver ? C’est tout (du moins chez nous). Je pense sincèrement qu’un catalogue local est une aberration puisqu’il existe le Sudoc. Certes, il n’offre pas les services internes à une bibliothèque mais est largement suffisant pour faire des recherches documentaires. Perso quand je forme les lecteurs, je zappe le catalogue local (bouh que c'est mal).

JC Brochard a dit…

AM,
E-Journals était loin d'avoir toutes les fonctionnalités qu'on peut attendre dans ce domaine, mais ce sur quoi je voulais insister c'était sur la nécessité d'une indexation matière minimale pour les périodiques.
Sur l'utilité plus que discutable d'un catalogue local, je suis entièrement d'accord. C'est un sujet qui a déjà été abordé par de nombreux collègues, et je compte en parler bientôt ici.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails