Pages

lundi 21 septembre 2009

Après le congrès de l'ADBU

L'ADBU à la bibliothèque Robert de Sorbon de Reims. Photo : Jean-Charles Houpier.
Le 39e congrès de l'ADBU s'est tenu à Reims en fin de semaine dernière.
Nous avons été contents d'avoir l'occasion de présenter notre bibliothèque à ceux des collègues qui ne la connaissaient pas encore. Une visite sympathique et riche d'échanges, même si je regrette pour ma part de n'avoir pas, comme je l'ai déjà fait par le passé, écorné le temps de visite des locaux pour prendre le temps de présenter certains outils et services invisibles lors de la visite car utilisant l'informatique.
Je n'ai assisté qu'à une partie des travaux du congrès, centrés sur l'économie de l'information scientifique et technique. Parmi celles auxquelles j'ai assisté, je retiens particulièrement deux interventions.
Celle de John Wilbanks d'abord, vice-président de Science Commons, impressionnant d'enthousiasme militant et de professionnalisme, qui a fait l'aller-retour de Boston pour présenter les différents projets de Science Commons qui visent à faciliter l'accès à l'information scientifique avec actuellement trois grands axes de travail : faciliter la ré-utilisation des résultats de la recherche scientifique en les "ouvrant" et en les qualifiant efficacement, développer des outils de recherche "en un clic" et permettre l'intégration de sources d'informations scientifiques fragmentées.

John Wilbanks a expliqué avoir accepté cette invitation à s'exprimer parce qu'il est convaincu de l'importance du rôle des bibliothécaires pour mener à bien de tels projets et il espérait faire avancer la réflexion sur ces questions en France et en Europe. La graine qu'il a plantée germera peut-être, mais sur le coup son intervention (en anglais) semble avoir laissé la majorité de l'auditoire sans réaction.

Le lendemain, c'est Lionel Collet, président de l'Université Lyon 1, qui s'exprimait en tant que président de la Conférence des Présidents d'Université. Sur le sujet des négociations avec les éditeurs pour l'acquisition des ressources électroniques, il a exprimé très fortement la volonté de la CPU de s'impliquer fortement, annonçant que Jean-Pierre Finance, président de Nancy 1 et son prédécesseur à la tête de la CPU, va, en plus des responsabilités qu'il vient de prendre au sein de l'ABES, s'impliquer fortement au sein du consortium Couperin et même, l'échelon national n'étant peut-être plus suffisamment pertinent pour ces négociations, porter le débat à l'échelle européenne au sein de l'EUA, l'association des universités européennes dont il est actuellement le seul membre français.

La dernière info du week-end n'est pas directement liée au congrès de l'ADBU, mais elle m'a été transmise par Jean-Charles Houpier, qui était présent à Reims (et qui a pris la photo ci-dessus). Et c'est stimulant : le jour où l'ADBU entamait son congrès, l'Université de Liège faisait sa rentrée académique. A cette occasion, le Recteur de l'Université Bernard Rentier prononçait son discours de rentrée et profitait de l'occasion pour honorer neuf personnalités faites docteurs honoris causa de l'université, sept passeurs de musique, parmi lesquels Robert Wyatt, Dick Annegarn, Archie Shepp, Arvo Pärt, et deux créateurs du world wide web, Tim Berners-Lee et Robert Cailliau. L'association des deux me plait, et le concert qui a clos la soirée a effectivement dû être exceptionnel. Ça fait envie et, si ça parait très éloigné des préoccupations des BU et de l'IST, quelque part je suis persuadé que ça ne l'est pas du tout !

3 commentaires:

Daniel Bourrion a dit…

Je veux être Belge

JC Brochard a dit…

Je l'ai pas écrit comme ça, mais j'y ai pensé aussi. En plus, bien que je sois né ici, je préfère les gaufres au Champagne !

Léo Mabmacien a dit…

Les Belges nous étonnerons toujours !

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails