Pages

vendredi 7 septembre 2007

Une diminution arithmétique de la qualité du service


Je l'avais pronostiqué il y a quelques semaines au vu des conclusions d'une expérience locale de pré-inscriptions et des résultats nationaux du bac (plus de 83 % de réussite) : nous dépasserons très probablement cette année le nombre de 2000 étudiants en 1ère année de médecine dans notre université.
Sachant que pour l'année universitaire 2005/2006 ce chiffre était d'environ 1400 étudiants, pas besoin de sortir sa calculette pour se rendre compte que le nombre d'étudiants de 1ère année, soit le plus fort contingent de public de notre bibliothèque, a augmenté de près de 50 % en deux ans.
Cela pose des problèmes d'organisation et de logistique à toute la faculté et à l'université dans son ensemble, mais, rien que pour la bibliothèque du campus, ce fait n'est pas sans multiples conséquences.
Car, parallèlement à l'augmentation de l'effectif étudiant, et donc du public potentiel, on constate bien évidemment que :
  • Les locaux de la bibliothèque ont gardé strictement la même surface, avec le même nombre de places assises (un peu moins de 800)
  • La possiblité d'accéder à l'informatique au sein de la bibliothèque est en augmentation sensible (18 postes fixes, une quinzaine de portables en prêt et une couverture intégrale en wi-fi de la bibliothèque pour qui amène son portable), mais la courbe de cette augmentation ne suit probablement ni celle de l'augmentation du public ni celle de l'augmentation des usages de l'informatique de ce public
  • Le personnel pour accueillir ce public est en nombre au mieux égal, voire même légèrement inférieur du fait de vacances de postes et d'absences pour maladie
  • Les crédits d'acquisition de documentation ont fortement augmenté depuis deux ans. Ils pourraient encore augmenter, mais, même si des procédures se mettent en place pour rationaliser et accélérer le catalogage et le traitement du document, il y a des limites, que nous sommes sûrement proches d'atteindre, au nombre de documents supplémentaires qu'une quantité stable de personnes peuvent traiter.
La conclusion logique de tout ça, c'est que ceux qui pâtiront le plus de cette situation ce sont évidemment et malheureusement les membres de notre public, et plus particulièrement les étudiants : moins de places assises disponibles pour travailler, moins de documents à disposition, moins de postes informatiques, moins de disponibilité du personnel...
Autant dire que ça ne donne pas une tonalité réjouissante à cette rentrée universitaire et que ça n'incite pas à présenter les choses d'une façon très rose aux étudiants de première année à qui nous faisons visiter la bibliothèque ces jours-ci...

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails